Le nouvel appel des scientifiques sur l’état de la planète : bientôt trop tard !

 

Plus de 15 000 scientifiques de 184 pays ont écrit un manifeste, en plein COP23, à lire dans Le Monde. Une vraie supplique, qui s’adresse aux décideurs et aux responsables politiques, les mettant en garde contre une destruction rapide de notre planète.
Le Monde a publié le 13 novembre le manifeste signé par 15 364 scientifiques de 184 pays, initialement édité dans la revue BioScience.
On ne peut plus reporter les mesures rappellent les biologistes, astronomes, physiciens et autres astronomes pour la énième fois. Rappelons qu’en 1992, l’ONG Union of Concerned Scientists publiait « l’avertissement des scientifiques du monde à l’humanité », cosigné à l’époque par 1 700 scientifiques. Ces derniers indiquaient alors que nos activités humaines allaient « mutiler la planète de manière irrémédiable », si rien n’était fait… Ils sont presque 10 fois plus nombreux aujourd’hui à s’inquiéter !

 

Les voyants dans le rouge

Las, les chiffres sont toujours et de plus en plus alarmants, alors que 62 sites naturels classés par l’Unesco, sur les 241 répertoriés, sont menacés par le changement climatique, et que les émissions mondiales de CO2 repartent à la hausse – la faute en particulier à la Chine et sa croissance économique – après 3 ans de stagnation. On retiendra au passage que depuis l’an 1000, la concentration de CO2 dans l’atmosphère a augmenté de 40 % ! Des voyants dans le rouge : déforestation (on a perdu une surface équivalente à l’Afrique du Sud depuis 1990), émissions de gaz à effet de serre, eau potable en diminution (eau douce par habitant divisée par deux), zones maritimes mortes en progression, nombre de mammifères réduit (moins 60 % d’espèces vertébrées en 40 ans), hausse des températures… Seul indicateur au vert : celui de la couche d’ozone. « Nous avons déclenché un phénomène d’extinction de masse, le sixième en 540 millions d’années, dans lequel de nombreuses formes de vie actuelles pourraient être éradiquées ou du moins menées à l’extinction d’ici à la fin de ce siècle », préviennent les chercheurs.

 

Comment éviter la catastrophe ?

« Bientôt, il sera trop tard pour inverser cette tendance dangereuse », écrivent-ils. Peut-on encore espérer ? Augmenter les réserves naturelles, lutter contre le braconnage par des lois plus nombreuses, adopter à grande échelle les énergies renouvelables et passer à un régime alimentaire davantage à base de plantes font partie des mesures qu’il faudrait prendre pour rendre notre environnement et nos écosystèmes plus durables.
Simples citoyens que nous sommes, nous pouvons aussi insister, à côté des scientifiques et des influenceurs, pour que nos gouvernements réagissent et prennent des mesures immédiates. Nous pouvons aussi changer nos comportements individuels, en limitant notre consommation de ressources (combustibles fossiles, viande et autres). Adoptez l’Etik et Act attitude, il est plus tard que vous ne le pensez !

 

 

Billet de Juliette – Madame de Mesnage

Les tâches ménagères ne sont pas sans noblesse

Etik & Act

 

#environnement #climat #collectivités

Leave a Reply