La Tique, comment s’en protéger ?

La maladie de Lyme aussi nommée « Borréliose » est transmise par la tique qui se nourrit de notre sang et ses microbes vont transmettre une bactérie au sein de notre organisme qui s’appelle « la Borrélie ». À elle seule, une tique peut abriter un grand nombre de bactéries, mais aussi des virus et des parasites responsables d’une trentaine de maladies recensées en Europe. Toutes les tiques ne sont pas porteuses de la maladie mais le principe de précaution oblige à rester très vigilent lors de vos sorties en forêt, bois, parcs…
33 200 nouveaux cas de malades de Lyme par an.

 

Schéma Plan Lyme

 

Comment la diagnostiquer ? :

« Chez l’Homme, le diagnostic de la maladie de Lyme est difficile à établir et les tests actuellement sur le marché font l’objet de nombreuses controverses. La tique Ixodes ricinus, responsable de la transmission des bactéries (Borrelia), peut porter et transmettre jusqu’à 5 microbes. Les chercheurs doivent trouver si ces co-infections se retrouvent chez les malades piqués par les arthropodes. Ce phénomène complique le diagnostic chez l’Homme pour la maladie de Lyme et pourrait expliquer les symptômes atypiques chez de nombreux patients. En 2016, des chercheurs ont isolé et identifié pour la première fois des espèces de Bartonella issues de la faune sauvage dans le sang de patients piqués par des tiques. L’identification de ces nouvelles bactéries devrait contribuer à améliorer les techniques de diagnostic des maladies à tiques. »

 

la maladie de Lyme évolue en trois stades successifs : primaire, secondaire et tertiaire :

 

– Stade primaire :

Environ 7 jours après la morsure de la tique, il apparaît un érythème, une tâche rougeâtre qui s’agrandit progressivement en conservant généralement un centre foncé. Cette évolution de la tâche est due à la diffusion de la bactérie dans la peau depuis la zone mordue.
« L’EM n’entraîne ni douleur locale ni démangeaisons mais des signes généraux modérés peuvent parfois être présents à ce stade : céphalées, fébricule, douleurs musculaires et plus rarement le gonflement des ganglions et des douleurs articulaires modérées. Il peut ainsi être confondu avec de l’herpès circiné ou avec de l’eczéma nummulaire » prévient le spécialiste. « Sans traitement, l’EM finit par disparaître, cette disparition est accélérée quand un traitement antibiotique adapté est mis en route. En cas de disparition spontanée, la plupart du temps, la Borrelia va persister dans l’organisme et pourra par la suite donner des troubles des stades secondaire et tertiaire » poursuit-il.

 

– Stade secondaire :
Il débute quelques semaines à quelques mois après l’infestation. A ce stade, la Borrelia peut toucher de nombreux organes. « La plupart du temps on observe des troubles neurologiques, rhumatologiques ou cutanés » explique le docteur.
« Le Docteur Lenois détaille les troubles :
– Les troubles neurologiques : au niveau des racines nerveuses, la Borrelia peut donner des troubles sensitifs qui vont se traduire par des douleurs à prédominance nocturne, résistantes aux antalgiques habituels.  On peut voir également des troubles moteurs avec des paralysies. L’atteinte des nerfs crâniens n’est pas rare non plus et se traduit par une paralysie faciale. Au niveau cérébral, on a décrit des encéphalites se traduisant par des troubles de la mémoire, de la concentration, voire des troubles du comportement.
– Atteintes rhumatologiques : les grosses articulations sont touchées, en particulier le genou. Cela se traduit par une rougeur, un gonflement, une douleur et de la chaleur localisée.
– Atteintes cutanées : à ce stade l’atteinte caractéristique de la maladie de Lyme est le lymphocytome. Cette lésion est rare, 1 à 2% des manifestations secondaires. On la retrouve au niveau du lobe de l’oreille chez l’enfant ou près du mamelon chez l’adulte. Le lymphocytome a l’aspect soit d’une plaque indurée, soit d’un nodule et sa taille varie de 1 à 5 cm. Il est indolore et sa couleur varie du rose au brun en passant par le bleu. Il a tendance à disparaître spontanément en quelques mois.

 

– stade tertiaire :
– Atteintes neurologiques : elles surviennent plus de six mois après l’infestation initiale. On retrouve ici les atteintes déjà décrites au stade secondaire. Le diagnostic est difficile car ces troubles peuvent être mis sur le comptes d’autres maladies neurologiques.
– Atteintes rhumatologiques : les grosses articulations sont touchés, et les mains peuvent être atteintes. Des atteintes des muscles sont également possibles, il s’agit de myosites qui se traduisent par des douleurs persistantes.
– Atteintes cutanées : A ce stade on trouve l’acrodermatite chronique atrophiante ACA, encore appelée maladie de Pick Herxheimer. Cette maladie a été décrite uniquement en Europe. Elle se déclare au niveau de la piqûre primitive de la tique et se présente initialement comme une zone cutanée inflammatoire qui va progressivement s’atrophier jusqu’à prendre un aspect parcheminé, puis s’amincir en papier à cigarette. L’atrophie est telle que l’on peut voir le réseau veineux sous jacent par transparence. »

 

En prévention :

Mélange d’huiles essentielles bio répulsives * :
Le docteur Lenois préconise de mélanger dans un petit vaporisateur :
  • 5 gouttes d’huile essentielle bio d’ Eucalyptus citronné dans un peu d’huile végétale (1 cuillère à café par 5 gouttes) bio de préférence.
Ce mélange est à masser sur vos jambes et membres découverts avant vos sorties.
Pour les femmes enceintes et les jeunes enfants, il existe des produits naturels très dilués en vente dans le commerce.

 

Tenue « correcte exigée » à adopter pendant vos ballades :
Il est important de porter lors de vos promenades en forêts, bois, parcs etc, des chaussettes hautes pour éviter que la tique n’atteigne votre peau et vous morde.
Examinez bien vos jambes nues jusqu’à l’aine ainsi que vos bras et toutes les parties qui auraient pu être découvertes en rentrant chez vous.
Si vous découvrez une tique sur vous, il ne faut surtout pas la retirer en la pressant entre vos doigts, cela activerait rapidement ses glandes salivaires porteuses de la bactérie « Borrélie ». Pour ôter la tique, il existe des tire-tiques vendus en pharmacie qui permettent de passer sous elle et de la retirer facilement. Il est fortement conseillé de prendre rendez-vous chez votre médecin généraliste pour un traitement en préventif.
pour ôter la tique correctement utilisez le tire-tique vendu en pharmacie
pour ôter la tique correctement utilisez le tire-tique

 

Les méthodes de lutte :
Pour limiter la transmission de maladies, il faudrait éviter le contact avec les tiques, mais ce n’est pas simple !
Les chercheurs à l’Inra s’y attellent en explorant deux pistes :
le développement de nouveaux acaricides sans impact sur la faune auxiliaire et  la mise au point de vaccin anti-tique.
L’objectif est de trouver des moyens de lutte efficaces et sans effets secondaires.

 

 

Sources :

 

– INRA

http://www.inra.fr/Grand-public/Alimentation-et-sante/Tous-les-dossiers/Maladie-de-Lyme-et-infections-a-tiques/Recherches-Inra-maladie-de-Lyme-et-a-tiques

http://www.nancy.inra.fr/Toutes-les-actualites/Lyme-collectionnons-les-tiques-pour-aider-les-chercheurs

Jean-François Cosson est directeur de recherches à l’INRA. Il a une double formation en médecine vétérinaire et en écologie évolutive. Ses recherches portent sur l’écologie des maladies infectieuses transmises par les tiques et les rongeurs.

Muriel, Vayssier-Taussat, bactériologiste

——————————————————————-

– Dr Lenois

http://www.femininbio.com/sante-bien-etre/actualites-nouveautes/maladie-lyme-apprendre-a-enlever-tique-90040

——————————————————————-

Dr Frank Gigon

 

*attention les huiles essentielles sont à manipuler avec vigilance. Reportez-vous à un guide ou auprès d’un pharmacien

 

Billet rédigé par Vanessa en Harmony pour Etik & Act

 

 

Leave a Reply